Conditions de travail et dialogue social



En tant que groupe aérien au service de ses clients, notre développement repose sur le professionnalisme de nos salariés, ainsi que sur leur motivation et leur engagement. Les conditions de travail et le dialogue social au sein de chaque entité constituent un levier de performance essentiel.

L’exercice 2018 a été marqué par un contexte social difficile au sein d’Air France au premier semestre et par un changement de gouvernance. En septembre 2018, Benjamin Smith a été nommé au poste de Directeur général d’Air France-KLM et de Directeur Général d’Air France jusqu’à la nomination d’Anne Rigail au poste de Directrice Générale d’Air France fin 2018.

Les accords conclus avec les organisations professionnelles permettent de progresser ensemble dans un contexte apaisé. Ils donnent au Groupe de la perspective, afin de travailler à la définition de sa stratégie pour devenir un leader mondial, en réunissant les conditions d’un développement rentable, porteur et durable.

Nous entendons préserver la cohésion en favorisant un dialogue social constructif et transparent, et en poursuivant une politique fondée sur le respect des personnes et la responsabilité vis-à-vis des clients. L’objectif commun à toutes les entreprises du Groupe est d’offrir des conditions de travail permettant aux salariés de remplir efficacement leurs fonctions.

DIALOGUE SOCIAL ET INSTANCES REPRESENTATIVES

Air France-KLM

  • L’animation du dialogue social est faite au sein de chaque entité du Groupe et du Comité de Groupe Européen (CGE), qui réunit les représentants du personnel des filiales, et dont le siège ou les établissements sont implantés dans la Communauté européenne. Le CGE s’est réuni 4 fois en 2018.
  • Dans le cadre du CGE, le Comité stratégique du Groupe s’est réuni 2 fois pour débattre des orientations stratégiques du Groupe avec le Directeur général.

Air France

  • Le premier semestre 2018 a été marqué par une détérioration des relations avec le personnel, avec le rejet de l’accord salarial à l’issue des négociations annuelles obligatoires. Entre février et mai, les clients ont été impactés par 15 jours de grève. Durant le second semestre, la priorité a été portée sur la restauration de la stabilité sociale, par la recherche de solutions pour les principaux enjeux.
  • Le Comité de Groupe Français (CGF) s’est réuni à 3 reprises en 2018 et a été informé sur divers sujets, tels que les résultats du Groupe Air France ou les activités et perspectives de Hop!.
  • S’agissant du fonctionnement des instances représentatives du personnel, le Comité Central d’Entreprise (CCE) a tenu 9 réunions. Le CCE a été consulté et/ou tenu informé sur les grandes orientations relatives à la marche générale de l’entreprise, notamment sur les résultats, la politique RH d’Air France, les conditions de travail et d’emploi.

KLM

  • En matière de dialogue social et d’information aux salariés, le Comité d’entreprise a organisé 10 réunions en 2018 auxquelles a assisté le Président-Directeur Général de KLM.
  • Le Comité d’entreprise de KLM a participé à 2 réunions stratégiques avec des délégués du Conseil d’administration et du Conseil de surveillance.
  • Un dialogue social approfondi a également été instauré entre le Comité d’entreprise et les ressources humaines, afin de créer ensemble une vision commune pour un futur à long terme. Les RH ont développé une stratégie qui oriente les initiatives de changement étroitement liées à cette vision.
  • Le Comité d’entreprise de KLM a entamé des discussions avec ses représentants et la Direction sur la manière de moderniser la participation des employés au sein de KLM.

NOUVEAUX ACCORDS COLLECTIFS DE TRAVAIL

Chez Air France, en 2018, plusieurs accords importants ont été signés et validés à l’issue de négociations avec les instances syndicales représentatives, notamment un accord sur les augmentations de salaire, un accord sur l’égalité professionnelle entre hommes et femmes, ou encore des accords sur le développement de la qualité de vie sur le lieu de travail et la prévention des risques psychosociaux.

Chez KLM, les trois accords collectifs ont été renouvelés en 2018 pour le personnel navigant commercial, les pilotes et le personnel au sol. Ces accords contiennent des sections sur l’égalité des salaires et une augmentation identique des coûts salariaux totaux de 4 %.

Pour plus d’informations sur les accords signés en 2018, voir le Document de Référence 2018, chapitre 4.


EXPERIENCE SALARIE

Chez Air France, le Flight Plan est une véritable feuille de route qui présente les 5 priorités stratégiques de la compagnie.

  • Impulsé par le Comité Exécutif, il fixe le cap des projets et le cadre des actions déclinées dans chaque direction.
  • L’une des 5 priorités vise à renforcer l’Expérience Salarié, en plaçant les préoccupations du salarié au cœur de l’entreprise. Cette ambition se traduit concrètement par des engagements vis-à-vis des salariés, à chacun des moments clés de leur parcours professionnel.

Les grands axes du Flight Plan sont les suivants :

  • Accompagner le développement des collaborateurs
  • Valoriser et soutenir les initiatives
  • Promouvoir l’esprit d’équipe
  • Renforcer la motivation
  • Moderniser le dialogue social
  • Poursuivre notre engagement sociétal
  • Améliorer la Santé et Sécurité au Travail

 

La nouvelle stratégie de KLM s’est employée à transformer l’organisation. Le déploiement de l’organisation de haute performance (High Performance Organization ou HPO), désormais presque achevée, a permis de réduire les niveaux de management et de favoriser une prise de décision plus intégrée et plus agile, tandis que le nouveau KLM Compass (document stratégique de vision à long terme) a permis d’aligner les valeurs et les comportements sur les objectifs de KLM. Toutes les conventions collectives ont été modernisées et les outils numériques ont facilité la collaboration. KLM est ainsi devenue plus productive, efficace et rentable.

Parmi les temps forts de l’année :

  • Réduction du taux d’absentéisme
  • Vif succès de l’événement Employee Event & Pioneers Fair organisé en février 2018. Le but était de faire vivre à nos salariés une expérience mémorable et de favoriser le contact et l’engagement
  • Poursuite de la transformation numérique en mettant les salariés au cœur du changement. 15 nouvelles solutions numériques ont été introduites
  • Démarche Winning Way of Working (WWoW) qui intègre l’immobilier, la culture et la numérisation et se concentre sur trois sujets phares : un nouvel environnement de travail, des services améliorés et une nouvelle manière de collaborer
  • Des travaux sur la planification stratégique des effectifs
  • Un personnel plus inclusif et diversifié

EMPLOYEE PROMOTOR SCORE

Air France et KLM ont désormais recours à l’Employee Promotor Score (EPS), l’équivalent en interne du Net Promotor Score qui mesure la satisfaction client.

Dans les deux entreprises, un panel de salariés est interviewé pour savoir s’ils recommanderaient Air France et KLM en tant qu’employeur. Les résultats sont partagés avec tous les salariés.

  • Chez Air France, malgré la période de turbulences qu’a traversé l’entreprise, les scores EPS pour février (45) et octobre (39) indiquaient un socle solide quant à l’engagement des salariés, dépassant l’objectif de 37 fixé pour 2018.
  • Chez KLM, l’EPS moyen a atteint 61 en 2018. Les managers ont aussi commencé à l’utiliser avec leurs équipes. Environ 35 % d’entre elles ont été interrogées, à travers une série de questions, pour savoir si elles recommanderaient leur équipe et pour mesurer leur engagement. L’EPS est un outil qui permet aux managers et à leur équipe d’ouvrir le dialogue sur des sujets à aborder.

© AIR FRANCE KLM